Connectez-vous avec nous

Actualités

Yama Laurent fait de troublantes confessions sur sa relation avec son père

On savait que le passé de Yama Laurent était une zone extrêmement pénible à revisiter pour elle, mais disons qu’on a eu beaucoup de difficulté à lire ce qui suit. En entrevue avec le magazine 7 Jours, la grande gagnante de La Voix 6 a fait le point sur le décès récent de son père, un événement aussi bouleversant que conflictuel considérant les années d’enfer qu’elle a vécues auprès de lui.

« Le seul regret que j’ai, c’est qu’il emporte avec lui des réponses que je n’aurai jamais. J’aurais aimé qu’un jour il m’explique certaines choses et que cela me permette de comprendre pourquoi il était ce qu’il était avec moi. J’aurais aimé l’entendre dire des choses positives. Qu’il me dise qu’il m’aime et que je suis sa fille quand même. J’aurais aimé entendre de sa bouche qu’il était désolé de ce qu’il m’a fait. Je souhaitais aussi secrètement qu’on trouve un diagnostic, qu’on me dise qu’il souffrait d’une maladie mentale, afin d’expliquer tous ses gestes envers moi. Quand j’ai su qu’il était mort, j’ai eu à faire un deuil de tout ça ».

Une publication partagée par La Voix (@lavoixtva) le

Ce n’est que lorsqu’elle a été sauvée par sa mère, qu’elle rencontrait alors pour la première fois, que l’enfer a enfin cessé. Cette survivante du tremblement de terre d’Haïti décrit d’ailleurs cet événement comme « le plus beau jour de sa vie ». Reste que sa relation avec son père est demeurée un terrain douloureux après toutes ces années.

« Mon père m’a fait subir des sévices autant physiques que psychologiques, et c’était une période malheureuse pour moi. J’ai vécu avec lui tout ce qui est le contraire de la normalité dans une relation père-fille, tout ce qui est le contraire du bonheur. Ce fut pire que tout ce que quelqu’un ne pourra jamais imaginer. J’ai vécu toute ma vie dans la peur avec lui. Il était violent, il ne m’aimait pas du tout, et je ne sais pas pourquoi. Je me suis fait plein de scénarios en tentant de m’expliquer pourquoi il me détestait depuis ma naissance. Ai-je fait quelque chose? Est-ce que ma peau était trop foncée? Bon, il ne va pas me manquer. Mais j’aurais aimé comprendre pourquoi il ne m’aimait pas ».

Une publication partagée par La Voix (@lavoixtva) le

Pour Yama, cependant, ce départ signifie le début d’une guérison nouvelle, bien que difficile à entamer.

« C’est certain que, lorsque je regarde les blessures sur mon corps, les marques, les cicatrices, ça me rend triste. Mais je lui ai pardonné. Je ne veux pas vivre avec cette charge. Mon père, je l’adorais. Je faisais tout pour qu’il m’aime et pour qu’un jour il soit gentil avec moi. Je faisais tout pour l’impressionner, et ça n’a pas marché. »

Revenue au travail après avoir suspendu ses activités professionnelles, le temps d’encaisser le choc, la chanteuse se tient toutefois occupée avec des projets fabuleux, comme un duo sur le prochain album de Jean-Pierre Ferland. Le chant est désormais devenu son travail à temps plein, et elle commencera également à donner des cours dans une école pour les tout-petits.

À Yama Laurent, nous aimerions dire merci pour sa grande sincérité, et surtout, bon succès dans cette extraordinaire nouvelle vie qui commence.

À lire aussi :

Johanne Fontaine confie ne plus en avoir pour longtemps

Charlotte Legault rend un hommage touchant à Samuel Babineau

Julie Snyder fait de bouleversantes confidences au Show de Rousseau

On savait que le passé de Yama Laurent était une zone extrêmement pénible à revisiter pour elle, mais disons qu’on a eu beaucoup de difficulté à lire ce qui suit. En entrevue avec le magazine 7 Jours, la grande gagnante de La Voix 6 a fait le point sur le décès récent de son père, un événement aussi bouleversant que conflictuel considérant les années d’enfer qu’elle a vécues auprès de lui.

« Le seul regret que j’ai, c’est qu’il emporte avec lui des réponses que je n’aurai jamais. J’aurais aimé qu’un jour il m’explique certaines choses et que cela me permette de comprendre pourquoi il était ce qu’il était avec moi. J’aurais aimé l’entendre dire des choses positives. Qu’il me dise qu’il m’aime et que je suis sa fille quand même. J’aurais aimé entendre de sa bouche qu’il était désolé de ce qu’il m’a fait. Je souhaitais aussi secrètement qu’on trouve un diagnostic, qu’on me dise qu’il souffrait d’une maladie mentale, afin d’expliquer tous ses gestes envers moi. Quand j’ai su qu’il était mort, j’ai eu à faire un deuil de tout ça ».

Publicité

Publicité

Ce n’est que lorsqu’elle a été sauvée par sa mère, qu’elle rencontrait alors pour la première fois, que l’enfer a enfin cessé. Cette survivante du tremblement de terre d’Haïti décrit d’ailleurs cet événement comme « le plus beau jour de sa vie ». Reste que sa relation avec son père est demeurée un terrain douloureux après toutes ces années.

« Mon père m’a fait subir des sévices autant physiques que psychologiques, et c’était une période malheureuse pour moi. J’ai vécu avec lui tout ce qui est le contraire de la normalité dans une relation père-fille, tout ce qui est le contraire du bonheur. Ce fut pire que tout ce que quelqu’un ne pourra jamais imaginer. J’ai vécu toute ma vie dans la peur avec lui. Il était violent, il ne m’aimait pas du tout, et je ne sais pas pourquoi. Je me suis fait plein de scénarios en tentant de m’expliquer pourquoi il me détestait depuis ma naissance. Ai-je fait quelque chose? Est-ce que ma peau était trop foncée? Bon, il ne va pas me manquer. Mais j’aurais aimé comprendre pourquoi il ne m’aimait pas ».

Une publication partagée par La Voix (@lavoixtva) le

Publicité

Pour Yama, cependant, ce départ signifie le début d’une guérison nouvelle, bien que difficile à entamer.

Publicité

« C’est certain que, lorsque je regarde les blessures sur mon corps, les marques, les cicatrices, ça me rend triste. Mais je lui ai pardonné. Je ne veux pas vivre avec cette charge. Mon père, je l’adorais. Je faisais tout pour qu’il m’aime et pour qu’un jour il soit gentil avec moi. Je faisais tout pour l’impressionner, et ça n’a pas marché. »

Revenue au travail après avoir suspendu ses activités professionnelles, le temps d’encaisser le choc, la chanteuse se tient toutefois occupée avec des projets fabuleux, comme un duo sur le prochain album de Jean-Pierre Ferland. Le chant est désormais devenu son travail à temps plein, et elle commencera également à donner des cours dans une école pour les tout-petits.

À Yama Laurent, nous aimerions dire merci pour sa grande sincérité, et surtout, bon succès dans cette extraordinaire nouvelle vie qui commence.

Publicité

À lire aussi :

Johanne Fontaine confie ne plus en avoir pour longtemps

Charlotte Legault rend un hommage touchant à Samuel Babineau

Publicité

Julie Snyder fait de bouleversantes confidences au Show de Rousseau

Publicité
Publicité

Actualités

Les joueurs du CH ont visité trois hôpitaux pour enfants

Le capitaine des Canadiens de Montréal Nick Suzuki et ses acolytes ont visité les enfants malades de l’Hôpital de Montréal, du CHU Sainte-Justine et de l’Hôpital Shriners, jeudi (8 décembre).

À l’aube du temps des Fêtes, c’est une tradition depuis plus de 50 ans, soit la visite des joueurs du Tricolore dans les hôpitaux. C’est d’ailleurs la 56e édition cette année pour cette magnifique tradition de la période des réjouissances.

Publicité

Rappelons que les Canadiens renouaient avec cette tradition cette année, alors que c’est la première fois depuis 2019 que les joueurs se présentaient devant les enfants afin de soutirer un sourire.

Évidemment, Nick Suzuki et Cole Caufield ont été les favoris des enfants. D’ailleurs, Caufield est d’avis que les joueurs devraient faire ce genre d’activités plus régulièrement.

À noter que Sean Monahan était présent avec sa botte orthopédique, tout comme Mike Hoffman, Jonathan Drouin, David Savard et Carey Price, qui portait fièrement son chapeau de cowboy.

Bravo!

Pour faire des dons à l’un de ces trois hôpitaux, voici quelques liens, soit pour le Children’s de Montréal, pour la Fondation du CHU Ste-Justine ou encore pour le Shriners.

Publicité

Continuer la lecture

Actualités

Ça s’est passé un… 9 décembre

2020

Le Canada approuve un premier vaccin contre la COVID-19 fabriqué par Pfizer/BioNTech

2018

Le quart arrière des Patriots de la Nouvelle-Angleterre Tom Brady fracasse le record de Peyton Manning de plus grand nombre de passes de touché dans l’histoire de la NFL (582)

Publicité

2017

Le film «Star Wars: The Last Jedi» de Rian Johnson, avec Mark Hamill, Carrie Fisher, Daisy Ridley, John Boyega et Adam Driver prend l’affiche.

Les funérailles de la star française Johnny Hallyday attirent des centaines de milliers de personnes dans les rues de Paris.

2005

Sortie du film «Brokeback Mountain» du cinéaste Ang Lee, mettant en vedette Heath Ledger et Jake Gyllenhaal. Le film remportera trois Oscars.

Publicité

1992

Le prince Charles et la princesse Diana annoncent leur séparation.

1990

Lech Wałęsa remporte les premières élections présidentielles polonaises.

Le pape Jean-Paul II canonise Marie-Marguerite d’Youville, fondatrice des Soeurs de la Charité de Montréal, dites les Soeurs Grises, première native du Canada à être canonisée.

Publicité

1971

Des trains du métro de Montréal entrent en collision, tuant un passager et détruisant 36 wagons.

1967

Jim Morrison est arrêté sur scène lors d’un concert au New Haven Arena, Connecticut. C’est la première fois que cela se produit lors d’un concert.

1965

«A Charlie Brown Christmas», le premier spécial d’animation avec Peanuts, est présenté à CBS.

Publicité

1962

Le film «Lawrence of Arabia» de David Lean est présenté à Londres.

1755

Ouverture du premier bureau de poste canadien, à Halifax.

Publicité
Continuer la lecture

Actualités

Joe Biden rapatrie Brittney Griner, mais pourrait essuyer quelques critiques

Joe Biden vient de réaliser un de ses meilleurs coups depuis qu’il tient les guides des États-Unis en ramenant Brittney Griner aux USA. La joueuse de la WNBA rentre enfin chez elle après environ cinq mois au sein d’une cellule en Russie.

Pour réussir ce coup de maître, Biden a troqué le prisonnier Viktor Bout, le célèbre marchand d’armes russe qui écoulait une peine aux États-Unis.

Publicité

Publicité

Bout a été condamné à 25 ans de prison en 2012 puisqu’il a conspiré dans le but de tuer des Américains, d’où la provenance de son surnom le «marchand de mort».

Biden apporte certes une grosse vague de bonheur et de soulagement à des millions de personnes avec cette «libération» de Griner, qui a été condamnée à neuf ans de prison pour avoir transporté de l’huile de cannabis dans ses bagages.

Cependant, la libération de Bout suscitera de nombreuses critiques, puisque certains croyaient qu’il allait être «échangé» en retour de Paul Whelan, un ex-Marine condamné en Russie pour espionnage.

Publicité

Biden s’est d’ailleurs prononcé à cet égard:

«Malheureusement, pour des raisons totalement illégitimes, la Russie traite le cas de Paul différemment de celui de Brittney. Bien que nous n’ayons pas encore réussi à obtenir la libération de Paul, nous n’abandonnons pas. Nous n’abandonnerons jamais. Nous restons en contact étroit avec la famille de Paul, la famille Whelan. Mes pensées et mes prières sont avec eux aujourd’hui.»

Par contre, l’important dans ce dossier-là, c’est que la famille Whelan est très à l’aise et comprend totalement la nature de cet échange.

Publicité

Tout compte fait, Griner sera de retour pour la période des réjouissances et son aspect psychologique, qui a été gravement touché, pourra amorcer une reconstruction plus tôt que tard.

Publicité
Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Trending