Connectez-vous avec nous

Actualités

#FreeBritney, le père de Britney Spears se confie

Jamie Spears, le père de la chanteuse Britney Spears, s’est exprimé publiquement pour la première fois sur le mouvement #FreeBritney.

Jamie Spears, le père de la chanteuse Britney Spears, s’est exprimé publiquement pour la première fois sur le mouvement #FreeBritney.

Le père de la chanteuse se dit «malade» de la réaction des fans de sa fille qui désirent qu’il cesse de contrôler sa vie.

Publicité

Depuis 2008, il y a douze ans, Jamie Spears s’est vu confier par un tribunal la tâche de superviser la vie de sa fille, aujourd’hui âgée de 38 ans. À l’époque, la chanteuse traversait une période de santé mentale trouble.

Aujourd’hui, des fans de la vedette, mais aussi des célébrités telles que Ruby Rose, Miley Cyrus, Paris Hilton, ­Ariel Winter et Rose McGowan appuient le mouvement #FreeBritney qui désire voir le tribunal revenir sur sa décision et laisser Britney Spears reprendre le contrôle de sa vie.

Jamie Spears s’est confié publiquement pour la première fois au quotidien New York Post depuis que le mouvement #FreeBritney a pris de l’ampleur. Plus de 100 000 personnes ont signé une pétition pour que cesse ce contrôle qui dépeint une chanteuse vivant dans une cage dorée et un père comme un vilain.

Publicité

«Tous ces partisans de la théorie du complot ne savent rien. Le monde n’a pas la réponse. C’est à la cour de Californie de décider ce qui est le mieux pour ma fille. Ce ne sont pas les affaires de personne», mentionne le père.

Jamie Spears est vu comme un être contrôlant qui s’en met plein les poches avec la fortune de sa fille par les supporters de #FreeBritney.

«Je dois justifier chaque cent, chaque dollar à la cour tous les ans. Comment pourrais-je voler quelque chose», questionne le paternel.

Publicité

«J’aime ma fille. J’aime tous mes enfants. Mais ça ne regarde personne. C’est privé», conclut le père de 68 ans.

Photo : Cover Images

Britney Spears: «Les temps difficiles devraient nous apprendre à être gentils»

Publicité

Actualités

Ça s’est passé un… 27 janvier

2018

Caroline Wozniacki remporte une victoire face à Simona Halep aux Internationaux d’Australie, pour mettre la main sur son premier titre du Grand Chelem.

2010

Steve Jobs, lors d’une conférence de presse d’Apple à San Francisco, annonce la venue du premier iPad.

Publicité

1984

Michael Jackson est brûlé lors de l’enregistrement d’une publicité de Pepsi.

Le record de matchs consécutifs avec au moins un point de Wayne Gretzky des Oilers d’Edmonton s’arrête à 51. Durant cette période, le hockeyeur a marqué 153 points.

1967

Le feu détruit le module de commande d’Apollo 1 tuant les astronautes Gus Grissom, Ed White et Roger B. Chaffee peu avant le lancement.

Publicité

1961

La construction du métro de Montréal débute. Son coût est estimé à 300 millions de dollars.

1956

La chanson «Heartbreak Hotel» d’Elvis Presley est lancée, sa première chanson vendue à plus d’un million de copies.

1944

La Wehrmacht lève le siège de Léningrad après 880 jours et plus de 2 millions de Soviétiques tués.

Publicité

1926

Un inventeur écossais, John Baird, présente la première machine à images, appelée téléviseur.

1918

«Tarzan of the Apes», le premier film de Tarzan est présenté en primeur à New York.

1880

Thomas Edison invente l’ampoule électrique incandescente.

Publicité

1721

Le premier service postal est inauguré entre Québec et Montréal.

Publicité
Continuer la lecture

Actualités

Les dépanneurs Couche-Tard bientôt sans caissier?

La chaîne de dépanneurs Couche-Tard réalise en ce moment des tests dans l’un de ses magasins de Montréal.

N’y cherchez pas de caissier, il n’y en a pas.

Publicité

Un peu comme Amazon il y a quelques années, voilà que la multinationale Couche-Tard se lance dans la robotisation de ses opérations. Dans ce dépanneur, il n’y a pas de caissier et le client paie avec son téléphone intelligent.

C’est sur le campus du centre-ville de l’Université McGill que se trouve ce dépanneur expérimental. C’est en partenariat avec le Retail Innovation Lab de l’institution scolaire que le projet est mené. Ce partenariat unique permet de mener des recherches de pointe et de tester des innovations, notamment des technologies sans friction, afin de transformer l’expérience client comme jamais auparavant.

Situé au rez-de-chaussée du Pavillon Bronfman, le dépanneur Couche-Tard offre pour la première fois un système de paiement sans contact qui utilise des caméras dans tout le magasin pour suivre vos achats, sans aucune interaction humaine.

Publicité

Si l’endroit devient le nec plus ultra de la technologie, il permet aussi aux chercheurs de la Bensadoun School of Retail Management de tester de nouvelles stratégies de vente au détail dans un cadre réel.

@desautelsmcgill

Check out the BSRM Retail Innovation Lab! Spin the wheel for a special prize, only today! #mcgilluniversity #mcgilltok #montreal #mtl #mcgill #studentlife #campus #coffeetiktok #coffee

♬ Chill Vibes – Tollan Kim

Publicité

Comme le montre un TikTok de l’école de commerce Desautels, le processus d’achat est fort simple. Tout d’abord, il faut scanner un code QR à l’entrée du magasin, télécharger une application et y introduire ses données de paiement, et faire ses emplettes. Lorsque les produits sont trouvés, il ne reste plus qu’à payer avec son téléphone.

Université McGill

Reste maintenant à voir si Couche-tard suivra encore dans le futur les traces d’Amazon en proposant le paiement biométrique

Publicité
Continuer la lecture

Actualités

Diddy peut dépenser le prix d’une Honda Civic par jour pour ses cheveux

Ce n’est pas évident de se trouver un look qui sort du lot, mais lorsqu’on observe les rappeurs, c’est évident que l’inspiration monte aussitôt.

Évidemment, ces rappeurs prennent un soin fou de leur apparence quotidienne puisqu’ils se retrouvent régulièrement sous les projecteurs, devant des fanatiques qui les acclament.

Publicité

Le look vestimentaire des rappeurs est capital, mais la coupe de cheveux, le «taillage» de la barbe et l’entretien quotidien que ça occasionne sont également une facette primordiale.

Plusieurs de ces rappeurs paient d’ailleurs une fortune en toilettage, comme c’est le cas, entre autres, de King Combs, YK Osiris ou Diddy, le plus légendaire de cette brochette.

La légende Diddy est celui qui dépense le plus pour s’assurer que ses cheveux soient toujours sur la coche. La légende de 53 ans dépenserait parfois 5000$ par jour pour l’entretien de ses cheveux et sa barbe. Une simple coupe de cheveux lui coûterait 1000$.

Ça lui coûterait parfois le prix d’une Honda Civic par semaine…

Publicité

Dans le cas de YK Osiris, qui est très actif sur les médias sociaux, il ne se gêne pas pour montrer tout le fric qu’il donne à son barbier chaque semaine. Comme Diddy, sa coupe de cheveux lui coûte 1000 dollars…

King Combs, le fiston de Diddy, dépense également plusieurs feuilles pour se faire tailler les cheveux. Lui aussi ça lui coûte 1000 dollars par coupe, ce qui prouve que la thèse «la pomme n’est pas tombée loin du pommier» tient la route.

Publicité
Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Trending